Galerie d'Art brut, singulier et contemporain à Nantes

Joël Lorand

«  Joël Lorand n’est pas un auteur d’art brut à proprement parler mais il appartient à cette catégorie d’autodidactes sophistiqués qui – tout en jouissant déjà d’une certaine reconnaissance artistique – ont pourtant plus d’affinités avec les créateurs de l’ombre qu’avec les professionnels de l’art médiatisé. » Laurent Danchin

Joël Lorand est né à Paris le 9 mars 1962, il vécut près de Paris puis à la Motte-Beuvron où il découvre les joies de la pâtisserie. Il quittera même l’école à 16 ans pour devenir pâtissier, il excelle très vite et gagne même des prix. Il regagnera la capitale pour travailler chez un traiteur réputé des Buttes-Chaumont.

Il découvre son besoin de créer quand son épouse est enceinte de leur fils unique. Puis c’est en septembre 1994 qu’il décide d’abandonner son emploi et de quitter Paris pour vivre à la campagne et se consacrer totalement à son art. Il développera son style par périodes et par série, il se cherchera longtemps. Puis vient le temps d’un style plus graphique et décoratif, sous la double influence de Michel Macréau (le Basquiat français) et de Jean Dubuffet, dont il admire le faux art enfantin. Il cheminera ainsi, par étapes, vers des compositions complexes, avec pour motif central, d’abord une grosse fleur, puis une petite fille portant dans son ventre d’étranges créatures. Puis il accède à la série suivante : les mandalas, très construits, dont les monstres végétaux prennent le nom de Personnages floricoles, et les Boucliers cosmogoniques, leur variante.

C’est sur une demande du galeriste de Poitiers, Antoine Hyvernaud, que Joël Lorand s’essaye au noir et blanc, ce qui était un défi pour l’artiste qui se définie plutôt comme un coloriste. L’artiste utilise alors des encres noires de grandes qualités pour ses compositions grandioses.

D’une exécution très soignée également, nous passons à la série « en couleurs ». Les formes, les détails foisonnants et débordants sont réalisées à l’encre noire sur un fond coloré préalablement avec des encres. Puis le tout est consciencieusement rehaussé aux crayons de couleurs. Chaque monstre fixe le spectateur la gueule ouverte, le crâne fendu en deux, à l’intérieur de cercles, de formes géométriques sont encadrés par des rangs de pétales disposés en orfèvres. C’est tout un réseau d’énergie qui vient alimenter les personnages centraux.  Joël Lorand : « J’imagine un monde post-humain. C’est toute une mythologie réinventée, mais qui m’échappe. Je n’ai pas les clefs de mon travail, et c’est peut-être mieux comme ça. »Mystère des origines, vie, mort, rêvee ou monde des esprits… Joel Lorand aborde ces grands thèmes. Ses dessins sont des lieux de passage que nous invite à prendre ce chaman aux crayons cosmiques.

 

 

Joel Lorand  Joel Lorand  Joël Lorand  Joël lorand  Joël Lorand  Joël Lorand  Joël Lorand Joel lorand  16131354104_18487be1bf_o  16720727787_7d296074d5_o  16863182562_b478539864_o  17157205697_689feedbdf_o  17196734456_cb189721be_o  18075663164_3f896fc8b6_o  19236634953_4bcdcbbb58_o  23538976254_5f5f6064f8_o  24459452035_615da3d75b_o

Retour en haut
Enter your Infotext or Widgets here...